© 2018 DCLP Gestion de Patrimoine Lyon - Mâcon

Quelles solutions pour se constituer des revenus complémentaires à la retraite ?


DLCP - 18 novembre 2020 - 0 commentaire(s)

 

Se projeter dans le futur reste difficile lorsque l’on souhaite préparer sa retraite. En France cette idée est presque une révolution culturelle contrairement à certains pays où les salariés s’y préparent tôt. Les pensions de retraite tendent à diminuer et pour cela, on pense à épargner et à se constituer des revenus complémentaires pour faire face aux baisses de revenus et aux éventuels frais de dépendance. Aujourd’hui 1 retraité sur 2 déclare épargner pour sa retraite, demain ce devra être davantage.

Il existe des solutions d’épargne très diverses, chaque dispositif doit correspondre à votre situation et à vos projets. Il faut déterminer précisément quels sont vos besoins avant de choisir l’investissement qui vous correspond le mieux pour vous constituer un patrimoine. Tour d’horizon des solutions dédiées à la préparation de la retraite.

immobilier locatif retraite

L’immobilier, un bon complément de revenu ?

L’immobilier est un des placements préférés des Français. Posséder sa résidence principale est la pierre angulaire de sa stratégie retraite, mais cela ne vous permettra pas forcément de vous constituer un complément de revenu. Propriétaire, vous n’aurez pas de loyer à débourser mais il faudra entretenir votre résidence (taxe foncière, taxe d’habitation, travaux, IFI Impôt sur la fortune si vous y êtes imposé…).

Vendre sa résidence principale permet d’apporter un complément de revenu tout en continuant à l’habiter. C’est le principe du viager vous continuez à habiter dans votre logement jusqu’au jour de votre décès. Si le taux de rentabilité du viager dépasse de loin ce que l’on peut avoir avec des produits d’épargne, l’offre reste toutefois supérieure à la demande.

scpi retraite

La pierre papier, une opportunité particulière d’investissement locatif

Si vous devez gérer des biens, il vous faudra accepter des changements de locataires et même parfois faire face à des carences locatives. Or, plus on avance en âge et moins on a envie de gérer ces contraintes. Une autre alternative consiste à posséder des parts dans une société civile de placement immobilier SCPI que l’on appelle également l’immobilier papier. Le principe est simple : des sociétés de gestion achètent des immeubles et les louent à des sociétés d’immobilier de bureaux par exemple. Les loyers sont redistribués aux investisseurs au prorata de la quantité de parts détenues. Attention ces revenus peuvent fluctuer à la hausse comme à la baisse. C’est un placement qui comporte des risques car ni le rendement, ni le capital investi ne sont garantis même si le rapport rendement/risque est intéressant. On distingue deux avantages par rapport à la location directe, le premier c’est la diversification : vous avez des parts dans plusieurs immeubles, qui peuvent être géographiquement éloignés, en région ou en Europe (souvent fiscalement plus avantageux). Second avantage : l’accès à l’immobilier de bureau est plus stable que l’immobilier résidentiel car les baux sont plus longs.

assurance vie retraite

L’assurance-vie une solution encore pertinente pour se constituer des revenus complémentaires à la retraite ?

On constate, depuis quelque temps, que les rendements de l’assurance-vie ont tendance à baisser dans un contexte où les taux d’intérêts sont très bas. Malgré tout, l’assurance-vie a encore beaucoup d’atouts pour préparer votre retraite avec souplesse. Vous pouvez moduler le montant de vos versements à la hausse comme à la baisse et le capital reste disponible à tout moment si vous avez besoin de récupérer les fonds avant votre retraite. Beaucoup de supports sont disponibles en contrats d’assurance-vie, les supports en euros, moins risqués, mais également les fonds et sicav (OPC) investis sur les marchés actions. Afin d’être pertinent, il est conseillé d’être guidés par des experts en gestion de patrimoine; le choix financier technique des assurances-vie et des fonds est primordial. Les placements peuvent être diversifiés dans la durée. Autre point à ne pas négliger le capital reste disponible pendant toute la durée de l’épargne. Si vous n’effectuez aucun retrait pendant la durée de vie de votre contrat d’assurance-vie les gains sont exonérés d’impôts sur le revenu en partie. Il est conseillé de bloquer son épargne au moins huit ans. De plus, vous pourrez améliorer votre succession pour protéger vos proches si la clause pour vos bénéficiaires est bien rédigée.

PEA retraite

Puis-je me servir de mon PEA pour préparer ma retraite ?

Le plan d’épargne en actions (PEA) peut présenter un intérêt pour obtenir un complément de revenu. Ce n’est pas le produit d’épargne qui vient le plus souvent à l’esprit lorsque l’on songe à préparer sa retraite, pourtant il bénéficie d’une fiscalité spécifique qui permet à terme de se constituer un complément de revenu. C’est un produit qui s’inscrit dans le temps et qui permet de se constituer un capital en investissant dans un portefeuille d’actions. Les versements sont plafonnés à 150 000 € et 300 000 € pour un couple. Sur un PEA de plus de 5 ans vous ne payez que les prélèvements sociaux. À la retraite vous avez la possibilité de le convertir en rente viagère. Le PEA est donc une solution que vous pouvez intégrer dans votre préparation à la retraite en complément d’autres placements moins risqués.

plan épargne salarial retraite

Le plan d’épargne salarial est-il un bon produit pour se constituer des revenus complémentaires ?

À compter du 1er octobre 2020, les entreprises ont substitué au PERCO (plan d’épargne retraite d’entreprise collectif) le PER collectif”. Le PER est souscriptible via votre employeur. Pour les entreprises qui le proposent, vous pouvez vous constituer une épargne et bénéficier d’un produit de retraite par des versements réguliers, l’intéressement, et/ou la participation aux bénéfices. Les versements peuvent éventuellement être abondés par l’employeur qui peut bénéficier via la loi Pacte, de déductibilité. Vous avez également a possibilité d’effectuer un transfert de vos anciens dispositifs d’épargne-retraite sur des PER individuels. L’abondement en vous finançant une partie de votre complément de retraite rend ce produit intéressant.

loi pacte 2019

Quels dispositifs ont changé en 2019 avec la loi Pacte ?

La loi Pacte a pour objectif de favoriser le développement des entreprises et leur transformation. Cette loi couvre de nombreux domaines mais elle a également pour objectif de réformer l’épargne-retraite et d’encourager les ménages à orienter une partie de leur épargne vers des dispositifs spécifiques dédiés à la préparation de la retraite. Ceci dans une perspective à long terme avec des produits plus lisibles, plus diversifiés que ceux qui existaient jusqu’alors. La loi pacte a créé notamment une enveloppe d’épargne-retraite, le PER, cité plus haut, qui regroupe tous les supports financiers dédiés à la préparation de la retraite dans un même support et permet de se constituer un capital avec une gestion adaptée à l’horizon de la retraite.

PER individuel

Le PER individuel en détail

Créé en 2019, le PER individuel est ouvert à tous, sans condition d’âge. Il a vocation à remplacer le PERP et le contrat Madelin (créé en 1994 pour les indépendants). Vous disposez de deux modes de gestion de votre produit, d’une part la gestion libre, vous pouvez sélectionner librement les supports d’investissement, d’autre part la gestion pilotée par des experts qui vont gérer l’épargne que vous leur déléguez en fonction de votre profil de risque.

Le PER, permet de disposer d’avantages fiscaux, chaque versement volontaire effectué par l’épargnant est déductible dans la limite de 10 % des revenus imposables du foyer jusqu’à 32 000 €. L’enveloppe non utilisée en année N, peut l’être en année N+1 ou N+2. Autrement dit vous défiscalisez, votre tranche d’imposition (exemple: vous investissez 20K€ et avez 41% d’imposition sur votre tranche la plus haute pour au moins cette somme, vous gagnerez 41% de 20K€, soit 8200€ cette année là; en quelque sorte, vous investissez 59% et êtes abondés de 41%, car si vous n’aviez rien fait ce gain aurait été dû pour votre impôt). Il est aussi possible de renoncer à cette déduction fiscale afin de bénéficier à la sortie d’une exonération d’impôt sur le capital (hors plus-values)

L’épargne, en principe, est bloquée jusqu’à la retraite toutefois, il est possible de la récupérer en capital si votre projet est, par exemple, d’acquérir une résidence principale. Dans ce cas, ce montant sera plafonné à votre apport et sera intégré dans votre imposition sur le revenu.

Enfin, la rente ou le capital sont soumis à l’impôt sur le revenu. Si vous optez pour un retrait sous forme de capital, l’idéal est de fractionner le retrait sur plusieurs années afin de lisser l’impact fiscal.

Comment bien choisir parmi la multitude de dispositifs existants afin de se constituer des revenus complémentaires à la retraite ?

Chaque situation est unique, l’idéal est de se faire accompagner par un expert en patrimoine pour étudier le ou les dispositifs adaptés durant toute la phase de constitution de son épargne-retraite. Si vous le souhaitez, vous pouvez dès maintenant contacter les conseillers financiers expérimentés de DLCP.

Il n’y a pas qu’une seule voie pour préparer sa retraite, c’est souvent une combinaison de solutions que l’on va débloquer soit en une fois au moment du départ en retraite, soit successivement pendant la retraite en fonction de ses besoins. Et si l’on n’a pas un besoin immédiat de ses revenus, on peut continuer de capitaliser pendant un moment.

Dans tous les cas, on peut retenir 4 grandes règles pour se constituer des revenus complémentaires pour sa retraite : Il faut se constituer une épargne le plus rapidement possible au cours de la vie active. Si on le peut, mettre de l’argent de côté chaque mois, l’épargne programmée vous permettra d’épargner à votre rythme et -presque- sans y penser. À l’horizon “long terme” que représente la retraite il faut absolument diversifier ses actifs notamment sur des placements financiers ou de l’immobilier. Enfin, il faut suivre l’évolution de son épargne-retraite et au besoin adapter ses investissements en fonction de sa situation et de ses projets.

Articles susceptibles de vous intéresser

Tweetez
Partagez
Partagez