© 2018 DCLP Gestion de Patrimoine Lyon - Mâcon
Partager

Notre mini guide des principales banques en ligne


DLCP - 22 avril 2020 - 0 commentaire(s)

Depuis quelques années, de nombreux Français se sont laissés tenter par les banques en ligne et les néo-banques. Entre souplesse, gratuité, instantanéité, ces dernières ne manquent pas d’argument pour amadouer le grand public. En plein essor, elles sont aujourd’hui plusieurs à bousculer les grands réseaux traditionnels: N26, Hello Bank, Compte C-Zam, Boursorama, Nickel, BforBank, Orange Bank, ING Direct, Axa Banque, Monabanq, etc. Voici un mini-guide des principaux acteurs dont le potentiel peut détrôner celui des banques classiques.

ING

ING, ex-ING Direct, existe depuis 2000. C’est l’une des premières banques en ligne. Après 20 ans de service, elle affirme détenir près d’un million de clients. ING a réussi à tirer son épingle du jeu grâce à son offre de livret d’épargne bancaire doté d’un plafond élevé (pouvant aller jusqu’à 3 millions d’euros de dépôts autorisés). Pour les premiers 50 000 euros déposés, cette banque en ligne rémunère jusqu’à 2% brut, et ce, pendant les 2 premiers mois. Après ces 2 mois, le taux de base passe à 0,10% brut.

Font également partie de l’offre d’ING des crédits de consommation ainsi que des crédits immobiliers d’un montant maximal de 1,5 million d’euros (hors travaux) sur une durée pouvant aller jusqu’à 25 ans. Pour le cas d’ING, l’ouverture d’un compte courant ainsi que l’achat d’une carte bancaire ne sont pas soumis à conditions (versement systématique ou détention d’une somme en cours).

N26

N26 est une néo-banque présente dans 15 pays européens. Celle-ci totalise actuellement près de 850 000 clients. Son implantation en France remonte en janvier 2017 avec plus de 200 000 clients revendiqués.

N26 est un modèle de banque qui met en avant l’utilisation du smartphone. Celui-ci est apprécié pour ses innovations ainsi que ses services pratiques, il se veut très agile dans la réactivité. La souscription et l’activation d’un compte en ligne N26 se font en quelques minutes, et dans une logique « zéro paperasse » poussée à son extrême :

  • pas de chéquier,
  • pas de dépôt en espèces

La gestion des comptes depuis le smartphone se fait en temps réel. Pour pouvoir afficher du « low cost », la gamme de services bancaires N26 a été intentionnellement limitée. À ce jour, cette néo-banque ne propose qu’un seul crédit : le prêt personnel.

MONABANQ

MONABANQ est un acteur « poids moyen » du secteur. Son lancement remonte en 2006 avec des prix moins élevés que les banques de réseau. Par rapport aux restes des enseignes concurrentes à distance, celui-ci se situe dans la fourchette haute des tarifs.

L’offre de base de MONABANQ permet :

  • 5 dépôts d’espèces gratuits dans les 2000 guichets du CIC
  • des retraits gratuits dans la zone euro

Avec une Carte Visa Classic, l’offre de base est facturée à 2 euros par mois. Avec une Carte Visa Premier, la facturation passe à 5 euros/mois.

L’offre Premium quant à elle permet :

  • 25 retraits hors zone euro
  • 50 achats en devises avec une assurance sur les moyens de paiement.

La carte Visa Classic est facturée à 6 euros/mois, et la carte Visa Premier 9 euros/mois.
La réédition de la carte MONOBANQ et de code est gratuite.

HELLO BANK !

Hello Bank ! débarque dans le secteur des banques en ligne en juin 2013 avec comme atout son adossement à une banque de réseau. Elle est en effet filiale de BNP Paribas.

Toutes les opérations Hello Bank ! s’effectuent à distance. Et lorsqu’il s’agit de faire des dépôts d’espèces, de chèques ou encore de retraits de chèque de banque, la clientèle peut se présenter directement dans les agences, les guichets automatiques et les distributeurs de BNP Paribas. D’où la possibilité d’effectuer un transfert de compte BNP Paribas vers Hello Bank ! (ou inversement) sans nécessairement avoir besoin de changer de RIB.

Hello Bank ! use également des technologies de pointe. Une application digitale permet de visualiser les comptes, d’avoir un historique ou encore d’établir un budget.

REVOLUT

Un autre jeune membre de la famille des néo-banques qui a débarqué en France en 2015. À l’ouverture du compte, REVOLUT n’impose ni des conditions de ressources, ni d’obligation d’épargne. Et comme c’est de coutume chez les banques nouvelles générations : pas de chéquier ni d’émission de chèque de banque.

À l’instar de N26, REVOLUT met à disposition de sa clientèle une application digitale à la fois simple et efficace. Les notifications sont instantanées et le solde du compte se consulte en temps réel. À noter qu’un compte REVOLUT permet l’achat de cryptomonnaie.

Afin de sécuriser les paiements en ligne ou encore le remboursement de sa part d’addition du restaurant à collègue non client REVOLUT (à titre d’exemple), il est possible pour le client de disposer d’une carte virtuelle éphémère. Dans la zone euro, les retraits d’espèces en dessous de 200 euros/mois sont gratuits (cumulables). Au-delà de ces 200 euros, l’opération est facturée au prix fort de 2%.

Le coût de remplacement d’une carte REVOLUT est facturé à 6 euros.

Le cabinet DLCP est un cabinet d’expertise en gestion de patrimoine et n’est pas une banque. Il est juste pertinent d’aborder ce point, car nombre de nos clients ont une ou plusieurs banques en ligne. Un conseiller financier impartial pour gérer vos finances est complémentaire, car souvent leurs produits aussi bons qu’ils puissent être ne sont pas comparés avec leurs concurrents afin de vos apporter des solutions adaptées. Vous pouvez contacter DLCP facilement par mail ou téléphone dès à pressent.

Articles susceptibles de vous intéresser

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *